Travaux frayère Pré Maigrat

15 juin 2014 - 13:03

Au pré Maigrat, entre Gerbéviller et Moyen, un ancien lit de la Mortagne constitue une reculée favorable à la quiétude des poissons. Pour maintenir ce site naturel en liaison avec la rivière, une opération de restauration de cette annexe a été entreprise en deux étapes.

Une intervention menée par l’association locale de pêche, la gaule gerbévilloise, sous le contrôle de l’office national en charge des milieux aquatiques (Onema) et avec l’appui technique de la fédération départementale de pêche. Elle a commencé en mars par un dégagement conséquent de la végétation des rives pour une aération du site. A cette occasion, les pêcheurs ont eu le renfort de deux classes de BTS nature et environnement de Pixerécourt.

Mercredi, il s’agissait de restituer les conditions pour que l’eau de la rivière et celle de la « frayère » soient de nouveau en contact, l’envasement depuis 10 ans empêchant la circulation de part et d’autre.

« Ce type de reculée calme offre des conditions favorables de replis des poissons en période de fortes eaux en hiver. Ensuite, l’eau s’y réchauffe plus facilement et permet le développement des jeunes poissons dans de bonnes conditions. » Jean-Baptiste Schweyer, de l’Onema, et Jean-Pierre Pommeret, de la fédération de pêche favorisent ce type de nurserie naturelle. « Nous menons une politique de restauration de ces annexes hydrauliques aussi bien sur la Mortagne que sur la Moselle », explique Pierre Pommeret. « La reproduction d’espèces locales vaut bien mieux que des apports de poissons venus de l’extérieur. » Il faut cependant veiller à ce que le taux d’oxygène dans l’eau soit suffisant, d’où le besoin de renouvellement par une relation avec la rivière.

A noter que cette « frayère » se trouve sur un ancien gué, à fond pavé, qu’utilisaient les romains pour assurer la liaison des convois entre la voie romaine Gerbéviller-Moyen en surplomb, et la villa gallo-romaine de Lana, de l’autre côté de la vallée.

 

Commentaires